Chez Ruegy

Bienvenue chez Ruegy

Perplexes

Classé dans : Chez Ruegy — 11 décembre, 2008 @ 22:42

Perplexes c’est, je trouve, l’adjectif qui qualifie le mieux quelques uns de vos commentaires sur mon précédent article « Gouttes de nausée ».

Et c’est bien normal puisque je ne vous ai pas livré toutes les clés pour l’appréhender correctement. Ceux qui connaissent reconnaitront.

J’ai hésité à écrire cette explication de texte autant qu’à  publier « Gouttes de nausée », m’autocensurant consciemment.  Mais j’ai finalement fini par trouver dommage de ne pas profiter de l’anonymat bloguien et de me priver de cette publication.

Bien évidemment, je ne suis pas certain de posséder une explication pour tout mais je vais vous en dessiner les grandes lignes.

J’ai écrit cette chanson –dans la vraie vie ce texte existe avec une musique- j’avais 17 ou 18 ans. Presque 30 ans me séparent de cette période riche, terrible et inoubliable.

Les paroles racontent l’appel au secours d’un jeune homme devenu junkie, aujourd’hui on dirait ayant une forte addiction à l’héroïne. En 1980 on disait un accro ou un junkie, des termes plus violents, plus justes, pour désigner cet enfer. C’est le cri d’un type qui sait que son univers a basculé, qui se souvient vaguement qu’il a eu une autre vie, plus heureuse, mais qui se demande dans son délire  si une solution définitive ne serait pas un moyen d’échapper à son état de victime.

En fait ce texte, malgré son côté étrange, reste assez réaliste. Pour échapper aux hommes en noir, les flics et les juges, un de mes amis s’était volontairement brulé l’avant bras pour camoufler sous une énorme plaie les dizaines de marques de fixes qui serpentaient le long de ses veines. Les pas de la mort.

Je vais éviter le sordide mais un fixe ça n’a rien à voir avec une prise de sang surtout quand il est fait dans un chiotte public ou sur un parking désert, la nuit.

Quand on ne pense plus qu’à sa prochaine dose, comment trouver le fric, que ses amis, parents sont devenus des proies, il arrive des jours où on se penche à la fenêtre et on reste là sur le rebord à regarder le vide et à se dire : pourquoi pas ?

Dernière petite précision, cette poudre pas blanche du tout, provoque souvent et entre autres effets secondaires, une réaction du corps qui se caractérise par des vomissements intempestifs dès qu’on en consomme.

Bien évidemment, rien de ceci ne m’est arrivé, n’ayez pas peur, ici j’invente des histoires, parfois sympas parfois morbides, mais toujours pour le plaisir de raconter des sentiments, des  émotions, la joie ou la détresse.

Voilà, s’en est fini de la petite explication de texte, maintenant vous pouvez réécouter cette chanson, vous verrez, d’autres images se colleront à vos rétines.

11 commentaires »

1 2
  1. Roland Ivy dit :

    Pire que l’herbe du calumet !!!
    J’ai plusieurs potes(ses) qui se sont adonnés à cette merde et qui ont fini par basculer de l’autre côté du miroir. Tu viens de me filer un coup de bourdon dans mon adolescence. Même âge, il y a autant de temps.
    Brrrrrrrr

  2. ruegy dit :

    Désolé Roland, j’en ai perdu aussi. C’est loin ces souvenirs mais ça peut vite remonter à la surface. Rien à voir avec l’herbe du calumet, absolument d’accord.

  3. chris dit :

    Je baisse les yeux ….et me couvre la tete de cendres ….
    Aucun mot n’est assez fort et terrible pour parler de ça ….
    Je m’en vais relire …..

  4. La bernache dit :

    J’ai déjà assez de mal en ce moment avec l’atmosphère qui régne en sarkozie et les morts de la rue pour en rajouter ! désolée cher ruegy…j’ai lu l’explication parce que je ne comprenais pas…je n’irai pas relire ! c’est totalement morbide et horrifiant ces fixes ! j’ai vu un reportage là-dessus…comment peut-on en arriver là , à se schooter dans un lieu ou régnent les mares de pisses ?…je ne comprendrai jamais ! se balancer par la fenêtre est plus propre que de mourir ainsi dans la déchéance la plus totale ! m’enfin c’est pas une raison !Quelle terrible détresse !!! Ruegy tu me fous le cafard Merdum !!!

  5. Pierre-Louis dit :

    Je me disais qu’il y avait un truc comme cela. C’est très impressionnant car ce témoignage semble tellement vu de l’intérieur. La drogue est un danger si abominable.

  6. ruegy dit :

    Chris, oui c’est terrible pour ceux qui vivent ce calvaire et leurs proches qui ne peuvent pas faire grand-chose. C’est une ambiance souvent violente, comme pour n’importe quelle dépendance.

    Désolé la bernache, je réfléchis à quelque chose de plus léger pour mon prochain article ;)

    Pierre-Louis je dirais même la drogue est un piège abominable, parce qu’on s’y laisse prendre souvent sans s’en apercevoir et c’est seulement quand on y est empêtré qu’on s’aperçoit du mal qui coule en soi. Et là il n’y a qu’un miracle pour s’extirper de l’enfer.

  7. La bernache dit :

    Cher Ruegy…c’est tout rose chez moi , ça a des ailes et un port de tête royal…devine ?…Histoire de digérer les colères et les stress permanents ,mais j’invite à lire le post précédent au sujet de Kamel ,un gars qui dérange et dont je ne peux lire ce que je voudrais – Félix s’y est collé entre autres – je profite de ses musiques (dont la première est « Top actualité en sarkoland  » ) m’enfin c’est comme ça que j’en juge ! Amicalement à toi

  8. chrystelyne dit :

    tu as bien fait de ne pas t’autocensurer et de crier ta vérité et ta rage face à cette « merde » !

    ET même si les images collées à nos rétines font terriblement mal , il ne faut pas les effacer, ne pas se complaire dan le morbide mais ne pas ignorer et édulcorer la réalité aussi insupportable soit -elle pour mieux la dénoncer et la combattre et prévenir !

    merci à toi d’avoir témoigné

    amicalement
    chrystelyne

  9. chris dit :

    Perplexe ou pas , là ou pas là …tu es bien obligé de prendre un gros bisou de bon Noel …

  10. Quichottine dit :

    Je te souhaite un très bon Noël, Ruegy !

1 2

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

le blog de jeanluke |
Le jeux Lyrique |
My wOrld |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | poesymymy
| La joie de vivre c'est le b...
| L'ATELIER-CAFE de Flor...